Mathéo Jacquemoud : le Ski alpinisme pour aller au-delà de soi.

PORTRAIT D’AMBASSADEUR : MATHÉO JACQUEMOUD. « Le Ski alpinisme est une passion. Il permet de repousser ses limites et de découvrir un environnement qui change tout le temps : j’aime l’effort qu’il demande en lui-même et la satisfaction qu’il procure d’accéder à des paysages toujours différents. Je ne suis jamais déçu ». Champion du Monde Espoir 2013, Champion du Monde Espoir Vertical Race, Champion du Monde par Équipe, Vice Champion du Monde Individuel, vainqueur de la Pierra Menta, d’Adamello, 2ème à Mezzalama, 2ème au classement général de la Coupe du Monde 2012/2013… Mathéo Jacquemoud a toujours aimé la compétition et c’est donc tout naturellement qu’il commence, en 2005, avec le ski alpinisme. Aujourd’hui, ce sport fait partie intégrante de lui. Il dicte sa vie de tous les jours. Originaire de Lus-la-Croix-Haute, à la frontière de trois départements : la Drôme, l’Isère et les Hautes-Alpes, Mathéo a parcouru toute son enfance et son adolescence le moindre sentier, la moindre pente de ce petit village pittoresque niché entre Dévoluy et Vercors. Depuis son plus jeune âge, il est passionné par la montagne et les sports outdoor. À 2 ans, il commence par le ski alpin puis le VTT. Dès l’âge de 7 ans, il fait ses premières rando à ski au dessus de chez lui avec sa sœur et son père. Puis viennent ses premières courses en alpinisme : traversée du Pelvoux à 9 ans, traversée du Dôme de Miage à 10 ans. Arête de Coste Rouge et traversée de la Meije en premier de cordée à 12 ans… Aujourd’hui, Mathéo est sportif de haut niveau en Ski alpinisme. Il concrétise ainsi son rêve en se consacrant à plein temps à ce sport. Par la suite, il envisage de devenir Guide de Haute Montagne avec l’objectif de transmettre sa passion pour ce milieu unique qu’est la…

Lire la suite

“J’ai testé pour vous : le Mega Jul et le Micro Jul d’Edelrid”, par Benjamin Ribeyre

Dernière nouveauté de la firme allemande Edelrid, le Micro Jul a attiré mon attention à mon dernier passage au magasin Gravicimes de Valence. Après une petite demande à Joan, je repars avec un exemplaire à tester. Suite à un petit coup de fil au distributeur Edelrid France, je reçois la version pour les cordes plus fines : le Micro Jul. Cela fait maintenant presque deux mois que j’utilise les deux et voilà ce que je peux vous dire. Prise en main L’appareil capte tout de suite le regard sur le mural matériel par sa finesse et sa forme peu commune. D’ailleurs une des premières interrogations qui percute l’esprit est : n’est-ce pas trop fin ? Combien de temps avant de le mettre au rebut ? Ne vous inquiétez pas ! En deux mois d’utilisation intensive, j’ai plus usé les mousquetons que l’appareil en lui-même. Il faut donc savoir que l’appareil est décliné en deux versions : Utilisation Un vrai conseil, avant de vous lancer à assurer, allez voir cette vidéo explicative. Pour l’assurage du premier de cordée Comme le montre la photo suivante ainsi que la vidéo, la position des mains est très importante. Pas toujours évidente à mettre en place au début, ça devient rapidement un réflexe que j’ai eu du mal à perdre en repassant à des systèmes d’assurage classiques. Ravaler le mou se fait de la même manière que sur un tube. A l’inverse, pour donner de la corde, il faut placer son pouce dans la boule en plastique (verte ou bleue suivant le modèle) et relever le système. Je me demandais si en cas de chute on pouvait, comme sur le Grigri, se crisper dans le mouvement et tenir l’appareil débrayé ? Mais le réflexe en cas de chute est justement de descendre les mains et…

Lire la suite

Les conseils alimentaires de Mathéo Jacquemoud avant une course.

La saison des courses débute. L’occasion de faire un point alimentation avec notre ambassadeur Approach, Mathéo Jacquemoud. Approach Outdoor : Mathéo, que conseilles-tu de manger et boire avant une course ? Mathéo Jacquemoud : Tout d’abord, il faut  manger 3h avant le départ pour pouvoir bien digérer et  se préparer physiquement et psychologiquement jusqu’au début de la course. L’objectif est d’être à 200% à l’arrivée sur la ligne de départ. Ensuite, concernant la nutrition, il n’y a pas  de règles : l’essentiel est de bien se connaître et d’avoir testé les aliments avant l’épreuve pour savoir si au niveau de la digestion et de l’apport énergétique cela convient. Surtout ne pas se “gaver” car il est trop tard pour faire des réserves et beaucoup trop d’énergie serait dépensée pour la digestion. Il faut manger raisonnablement. Par exemple, il peut être bien de manger un Gatosport avec un fruit mais pas de fruit acide. Au niveau de la boisson, du lait de soja, de riz, d’avoine, d’épeautre… Ou un Yogi Tea sont de bons aliments mais ne pas boire de jus d’orange ni de thé car la théine empêche un bon transfert de l’oxygène vers les muscles. En ce qui me concerne, j’ai une préférence pour le Gatosport au chocolat de chez Overstim avec du lait d’épeautre et un peu de flocons d’avoine ou une galette de riz. À la place du Gatosport, il est possible de prendre du muesli complet floconneux biologique (flocon d’avoine, fruits secs…) avec du lait de riz , par exemple. À compléter avec des galettes de riz recouvertes de miel … Eviter le pain beaucoup plus long à digérer, surtout la mie… En conclusion : manger 3h avant la course et surtout bien tester les aliments auparavant. Trouver ce qui nous convient le mieux et ne pas…

Lire la suite

Benjamin Ribeyre : la montagne, un univers immense qui oblige à être humble.

PORTRAIT D’AMBASSADEUR : BENJAMIN RIBEYRE « La montagne est un univers immense qui oblige à être humble face aux éléments, surtout dans la société dans laquelle on vit où l’homme essaie de tout gérer, tout dominer. Il y a un côté aléatoire qui me plaît ». Passionné d’escalade et journaliste freelance pour Montagnes Magazine, Grimper ou encore Wider, Benjamin Ribeyre trouve son équilibre entre ces deux activités. Dès son plus jeune âge, Benjamin découvre la montagne dans le porte bébé de ses parents. À 4 ans, il fait le tour des glaciers de la Vanoise et, à 8 ans, son premier 3000 mètres. Ce qui le mène vers l’univers de la grimpe. Il commence l’alpinisme à 12 ans avec des stages sur rocher et glace avec la FFME parallèlement aux compétitions d’escalade. À 22 ans, Benjamin aspire à être guide de montagne et à écrire pour partager ses expériences et les prochaines explorations qu’il souhaite mener dans différents coins du monde. S’il trouve dans l’escalade le plaisir de l’effort physique, il aime en tant que journaliste remettre son activité sportive dans un contexte plus historique. Il y a, pour lui, un côté ludique à passer dans les traces d’autres alpinistes et à lire le récit d’ascension de voies qu’il vient de faire.

Lire la suite

Stéphane Ricard : le Trail, une rencontre permanente avec soi-même.

  PORTRAIT D’AMBASSADEUR : STÉPHANE RICARD « Le Trail et la montagne permettent, tant par rapport aux autres que par rapport à soi, de se chercher, se trouver, dépasser certaines limites. C’est une rencontre avec soi-même permanente. » Consacré avec le titre de Champion d’Europe et de Vice Champion du Monde de raquettes, Stéphane Ricard trouve dans cette pratique un excellent moyen de préparer les saisons d’été et un compromis pour éviter de se blesser et casser la routine de la course à pied. Depuis 2008, il se consacre, en effet, au Trail. Les montagnes sont son terrain de jeu favori. Dès son plus jeune âge, Stéphane pratique le foot. À 13 ans, il doit intégrer le centre de formation de Marseille mais décide d’arrêter et se tourne alors vers le tennis qu’il enseigne pendant plusieurs années avant de pratiquer, en 2006, le triathlon. Il prend part alors à l’Embrun Man puis, en 2008, aux Championnats du Monde de triathlon à Hawaï. Après le Trail sur « courte distance », il se lance l’an dernier sur la distance marathon avec une participation réussie au Trail Ubaye Salomon. Sa force : une bonne vitesse de base avec un record sur 10 kms en 31’07.

Lire la suite

Stéphane Ricard a testé la montre GPS Garmin Fenix !

Depuis quelques semaines maintenant, j’ai la chance d’avoir la Garmin Fenix à mon poignet. Un petit bijou dans le monde du GPS. Pour le moment, étant en pleine préparation au cross et n’ayant pas encore intégré de sortie avec du dénivelé à mon programme d’entraînement, je me sers essentiellement de l’option “running”. Sur cette montre GPS Garmin Fenix, il est possible de choisir trois références sur l’écran. Pour ma part, j’ai pris l’option d’afficher le chronomètre, la distance réalisée et la vitesse en km/h. Pour cette dernière, la montre est extrêmement performante car elle donne la vitesse de façon quasi instantanée et très précise. Pour mes sorties trail, cette montre me sera d’une grande utilité aussi car elle permet, entre autre option, d’obtenir le pourcentage d’une pente. Il me reste beaucoup d’autres fonctionnalités de ce GPS à découvrir. Elles me permettront, j’en suis sûr, d’améliorer encore plus la qualité de mes séances d’entraînement. Stéphane Ricard

Lire la suite