[Ski de Rando] Le casque, un indispensable en ski de randonnée !

Totalement démocratisé dans le milieu du ski alpin, le casque a encore du mal à trouver sa place parmi les pratiquants de ski de randonnée, alors même qu’il est encore plus indispensable à votre sécurité en montagne : hors piste, une chute est vite arrivée, et un choc frontal ou une chute de pierre peuvent avoir de graves conséquences si votre tête n’est pas bien protégée. Lors du choix d’un casque de ski de randonnée, les aération, la matière et les accessoires sont des points clés à ne pas négliger : Ludovic, responsable de notre magasin de Gap, vous donne ses conseils.

Norme

Aujourd’hui, il n’existe pas encore de norme ou de réglementation spécifique aux casques de ski de randonnée. A défaut, en compétition il est demandé aux participants d’avoir un casque possédant à la fois la norme en vigueur pour le ski alpin (CE-EN 1077), et celle en vigueur pour l’alpinisme (CE-EN 12492).

Cependant, les exigences de ces deux normes ne sont pas tout à fait adaptées au cas du ski de randonnée: par exemple, pour répondre à la norme ski alpin CE-EN 1077, un casque ne doit pas pouvoir laisser passer la pointe d’un bâton, ce qui limite ses possibilités d’aération, un point pourtant essentiel en ski de randonnée car l’effort à la montée nécessite une grande respirabilité.

Pour venir répondre à cette problématique, la marque Petzl a choisi de développer une certification ski de randonnée, qui permet d’avoir un casque possédant à la fois de bonnes protections contre les chutes d’objets et chocs frontaux, latéraux et arrière; mais aussi des aérations conséquentes : le nouveau modèle Meteor dispose de cette certification (ainsi que de la norme CE-EN 12492), et nos ambassadeurs le testent actuellement pour vous proposer un test détaillé très prochainement !

Matière de la coque

La coque de votre casque est la partie rigide qui se trouve à l’extérieur. Son rôle principal est d’absorber les chocs tout en propageant l’impact sur une plus large partie du casque. Plusieurs matières existent, notamment l’ABS, l’Inmold et les casques hybrides.

Coque ABS

Les coques en ABS moulées par injection sont composées de deux parties distinctes qui sont collées l’une à l’autre: la partie externe en plastique dur ABS qui vient protéger des chocs, et la mousse intérieure en EPS (polystyrène expansé) qui permet de garantir l’isolation thermique du casque. Ces casques sont les plus fréquemment rencontrés, car ils offrent une résistance optimale aux chocs tout en étant peu onéreux. Si vous optez pour un casque ABS, vérifiez qu’il dispose de nombreuses aérations, car l’isolation en EPS peut vite nuire à la ventilation.

Casque Norby - Julbo
Casque Norby - Julbo
Casque Apic Plus - Scott
Casque Apic Plus - Scott

Coque Inmold

La technologie In-mold propose quand à elle un casque plus léger, moulé en un seul morceau. De ce fait, le casque gagne non seulement en poids et en aération, mais en cas de choc l’impact est également diffusé plus largement sur le casque, réduisant le risque de traumatisme crânien. En revanche, ce type de coque est moins robuste que les coques ABS, et il est plus onéreux. Les casques inmold sont généralement composés de polycarbonate sur la partie externe, et de polystyrène expansé sur la partie interne. Certains modèles utilisent du polypropylène, qui a pour qualité de reprendre sa forme après un coup.

Casque Mission - Julbo
Casque Mission - Julbo
Casque Couloir - Scott
Casque Couloir - Scott

Coque hybride

Les coques hybrides sont à mi-chemin entre les coques ABS et In-mold. Il s’agit en effet de coques qui optimisent les propriétés des matériaux des coques inmold et ABS, en les utilisant au bon endroit: on retrouve une coque en polycarbonate à l’avant et à l’arrière pour le rendre le plus léger possible, et une coque injectée en ABS sur le sommet du casque pour maximiser sa résistance aux impacts. Les casques avec une coque hybride sont donc les plus robustes et durables, mais ont un tarif plus élevé. Si vous pratiquez très régulièrement le ski de randonnée votre achat sera très vite rentabilisé, si votre pratique est occasionnelle une coque ABS ou In-mold pourront suffire, en fonction de vos critères de choix principaux !

Casque Odyssey - Julbo
Casque Odyssey - Julbo

Ventilation du casque

Un autre point clé lors du choix de votre casque porte sur son aération et sa ventilation. En effet, la plupart des casques possèdent un système de ventilation grâce à des aérations disposées à plusieurs endroits stratégiques de la tête, mais certains sont réglables et d’autres non.

Si votre pratique est occasionnelle un casque non réglable peut suffire, mais si vous sortez vos skis de randonnée très régulièrement, à des altitudes et dans des conditions variables, une ventilation réglable sera un vrai plus. Elle vous permettra d’ajuster l’ouverture des aérations en fonction du froid et de votre niveau d’effort. Chez Julbo par exemple, la technologie Smart Venting apporte une double ventilation à l’avant et à l’arrière du casque, ajustable grâce à trois positions: ouverte, fermée ou intermédiaire.

Autres points clé

Sangle jugulaire : Pensez à choisir un système d’attache efficace et confortable pour votre sangle jugulaire : il ne faut pas qu’il vienne irriter votre peau, et qu’il soit simple d’utilisation pour ne pas avoir à enlever vos gants lorsque vous souhaitez le clipser ou le déclipser. La fermeture magnétique n’est pas encore généralisée sur tous les casques mais reste la solution la plus agréable d’utilisation.

Visière : Certains masques proposent une visière intégrée, d’autres seront à compléter par un masque. Pratiques d’utilisation, les casques de ski à visière intégrée permettent une circulation de l’air optimale entre le casque et la visière, et ils sont également mieux adaptés qu’un masque pour les personnes portant des lunettes de vue. Certains modèles comme le Julbo Sphère Zebra proposent même une visière photocromique qui s’adapte à toutes les luminosités, mais vous pouvez bien sûr retrouver des masques disposant du même système.

Porte masque: Si votre casque ne dispose pas de visière, un porte masque sera utile pour bien le fixer.

Hygiène : De nombreux casques proposent aujourd’hui une doublure interne détachable, permettant ainsi de pouvoir la laver après une expédition de plusieurs jours ou en fin de saison avant de ranger votre matériel jusqu’à l’hiver suivant.

Pare-nuque: le pare-nuque n’est pas un élément indispensable mais il permet de combler l’espace entre le cou et le casque pour éviter que l’air froid ne rentre, un vrai plus par temps très froid ou pour les plus frileux!

Branchement pour écouteurs: présent sur certains casques, nous vous recommandons… de ne pas l’utiliser, aussi bien pour votre sécurité et celle des autres, que pour profiter pleinement de votre journée de ski de randonnée!

Quelle taille choisir ?

Une fois votre casque choisi, sélectionner la bonne taille est primordial : un casque trop petit sera inconfortable et risquera de vous faire mal, un casque trop grand sera tout simplement inutile en cas de choc violent.

L’idéal est de pouvoir essayer votre casque en magasin où votre conseiller Approach pourra vous aiguiller, mais si vous passez commande sur internet, vous devrez choisir vous même la taille.

Pour connaître votre taille, il suffit de mesurer votre tour de tête à l’aide d’un mètre ruban, en le positionnant au dessus de vos oreilles, comme s’il s’agissait d’un bandeau. Certaines marques comme Julbo expriment les tailles directement en centimètres (de 54/56 à 60/62), d’autres comme SCOTT indiquent des tailles S/M/L. En, général une taille small conviendra pour les tours de tête de 52 à 55cm, medium de 55 à 59cm, et large de 59 à 63cm, mais vérifiez toujours le guide des tailles de la marque sélectionnée, car les mesures de référence peuvent varier d’un équipementier à l’autre.

Au delà de la théorie, un casque à la bonne taille est un casque bien stable sur votre tête, qui ne bouge pas lorsque vous la secouez mais sans pour autant vous comprimer : vous ne devez pas sentir de pression aux tempes ou sur le front. Notez que certains casques proposent un système de réglage par molette, pour pouvoir les ajuster parfaitement à votre tête au millimètre près, pratique lorsque l’on veut ajouter un bonnet fin lors des jours de grand froid.

Entretien

Comme le reste de votre matériel de ski de randonnée, votre casque de ski doit être correctement entretenu si vous souhaitez pouvoir le réutiliser durant plusieurs saisons.

– Faites attention lorsque vous le manipulez et lors de son transport, pour éviter un choc inutile qui viendrait diminuer son efficacité et l’absorption des chocs

– Attendez qu’il soit bien sec pour le ranger dans sa housse

– Ne le faites pas sécher près d’un radiateur, cela pourrait altérer les propriétés des matériaux techniques

– Rangez le dans un endroit à l’abri de l’humidité et du soleil

– En fin de saison, si la partie intérieure est amovible, pensez à la nettoyer en machine en suivant les instructions de lavage

Vous l’aurez donc bien compris, le casque n’est pas un accessoire esthétique, mais bien un élément indispensable pour garantir votre sécurité à ski de randonnée, et tous ces éléments vous permettront de bien le choisir en fonction de vos besoins. Vous hésitez encore à franchir le pas ? Rappelez vous que les accidents n’arrivent pas qu’aux autres ! L’année dernière l’association des médecins de montagne a enregistré plus de 130 000 blessés en France, dont 2% de traumatismes crâniens pouvant avoir des conséquences à vie, un chiffre qui fait réfléchir! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *