[Ski de rando] Leash ou pas leash ?

Leash ou pas leash ?
Cette question vous nous la posez fréquemment lorsque vous venez vous équiper en matériel de Ski de randonnée dans nos magasins Approach Outdoor. 
Voici quelques éléments de réponse.

leash avec fixation tlt speed radical dynafit
Leash avec fixation TLT Speed Radical - Dynafit
leash avec fixation tlt speed radical dynafit
Leash avec fixation TLT Speed Radical - Dynafit
[/vc_column][/vc_row]

Le sujet des leashs (ou systèmes équivalents type lanières ou cordelettes) a toujours fait débat dans l’univers du ski de randonnée, notamment lors des accidents d’avalanches. Les fixations de ski de randonnée sont, pour la plupart d’entre elles, vendues avec des leashs. Chez Approach Outdoor, nous faisons néanmoins le choix de ne pas les installer. Nous vous laissons la décision d’en mettre (ou pas) par la suite. Ce choix est volontaire de notre part et se justifie pour des raisons de sécurité.

Le leash offre certains avantages aux skieurs  :

  • il évite la perte des skis en poudreuse (avec recherche parfois fastidieuse pour tenter de les retrouver) et dans la pente lors du déchaussement des fixations en cas de chute,
  • il peut aussi offrir une aide précieuse au moment de chausser ses skis car il aide à les maintenir en place.

Mais, le leash présente aussi deux risques majeurs, dont un qui peut être mortel :

  • lors d’un déchaussement dû à une chute, le ski est attaché au skieur et “roule” avec lui (risque de traumatismes),
  • en cas d’avalanche, le leash transforme le ski en “ancre” et a tendance à “tirer” le skieur vers le fond. Rares sont les systèmes capables de rompre à tous les coups (dans une avalanche, il n’y a pas de force de choc permettant de rompre le leash mais une force de traction qui rend difficile la rupture du lien). Lorsqu’il faut, ensuite, sortir la personne très rapidement (pour un massage cardiaque notamment), le travail de pelletage est beaucoup plus long pour avoir accès aux lanières et les couper. Autre cas problématique, le leash peut entrer en conflit avec le sac airbag : le leash entraîne le randonneur vers le bas, alors que l’airbag le tire au-dessus de l’avalanche provoquant ainsi un risque d’étranglement du skieur par les lanières du sac.

D’autres solutions apparaissent aujourd’hui pour remplacer les leashs tout en évitant ces risques. Le système “Frein-Ski” (ou “Stop-Ski“), proposé avec certaines fixations (la TLT Speedfit Binding de Dynafit, par exemple), nous semble notamment être une bonne alternative. Toutefois, ce système ne permet pas d’éviter de perdre son ski en pente raide (en particulier si la neige est dure), ni de chercher son ski dans la poudreuse.

En conclusion, l’usage de leash n’est pas si anodin qu’il y paraît. Il est donc important que chacun puisse garder son libre arbitre face à la décision de l’utiliser ou pas.

3 Comments

  1. Une solution alternative, un bout de cordelette fine avec au bout un mousqueton type porte-clés qui cassera si besoin.

  2. Leash ou pas leash ?
    Il existe aussi le ” leash” ruban orange qui permet de retrouver ses skis dans la poudreuse.
    Attention à l’illusion de croire que les leashs “fusibles” vont se rompre rapidement. Une force de 80/100 newtons est nécessaire, mais si vous êtes pris dans une avalanche, vous glissez aussi ; la rupture ” d’un” leash est aléatoire et il sera plus difficile de vous dégager avec un fil à la patte.
    Quid des leashs ” non fusibles” ?
    Plus couramment, une chute avec un retour ” boomerang” d’un ski peut occasionner de sérieux traumatismes.
    Selon les conditions nivologiques, je décide de mettre – ou pas- mes leashs fusibles ou les rubans
    – freins skis à demeure, pas de leash la plupart du temps.
    – leash uniquement dans les situations où il ne faut pas que le ski puisse m’échapper malgré les stop- skis; neige dure en montée et en descente, vent fort lors du chaussage.
    – en pente raide, je préfère généralement bloquer la butée ( fixations à inserts); les leashs sont dans la poche ou coincés sous les guêtres pour assurer un éventuel déchaussage délicat.
    – Ruban orange 3 mètres en poudreuse.
    Si les conditions l’exigent, il ne faut pas hésiter à mettre ou enlever les leashs ou cours de la sortie. Une petite flemme peut amener à de gros problèmes !
    Bruno
    Pisteur- secouriste

  3. Je ne suis pas d’accord avec vous, je me suis fait prendre 2 fois par une plaque et chaque fois le systéme d’attache a rompu que ce doit le leach lui même ou la cordelette sur la chaussure ! Et bien sûr gain de poids non négligeable à la montée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *