[Ski de rando] Bien choisir ses peaux de phoque !

Tout comme vos pneus de voiture assurent sécurité et adhérence sur la route, les peaux de phoque de vos skis de rando sont un élément de sécurité déterminant pour que vos sorties en montagne se passent au mieux. Souvent négligées car choisies en dernier au moment de s’équiper, elles doivent pourtant faire l’objet de toute votre attention. Ce sont elles qui vont conditionner votre randonnée jusqu’au sommet.
Voici les conseils de Ludovic, responsable du rayon ski de randonnée, dans notre magasin Approach Gap pour choisir les peaux qui vous conviennent et partir skier bien équipé.

bien choisir ses peaux de ski de randonnee
Bien choisir ses peaux de ski de randonnée - Photo : Pomoca
bien choisir ses peaux de ski de randonnee
Bien choisir ses peaux de ski de randonnée - Photo : Pomoca

Il existe de réelles différences entre les peaux proposées par les marques Pomoca, Gecko, Coll-Tex et Black Diamond. La première d’entre elles est le prix qui peut varier de 100 à 200 €. Beaucoup de gens choisissent d’acheter le premier prix ou d’utiliser la peau imposée par le fabriquant de leur skis alors qu’elle n’est pas forcément adaptée à leur niveau et à leur pratique.

Approach Outdoor fait le choix de ne pas imposer la peau de phoque des fabriquants de ski mais de vous conseiller et de vous laisser le choix de la peau qui convient le mieux à votre usage.

Comment sont composées les peaux de phoque ?

Trois éléments composent les peaux de ski de rando : le velours, la trame et la solution adhésive (colle ou silicone).

Le velours (ou poil)

Le velours est la partie qui est en contact direct avec la neige. Il détermine l’accroche et la glisse.

Deux matières sont proposées actuellement sur le marché : le synthétique et le mohair (poil de chèvre angora). Il existe également un mélange des deux appelé le mix (30% nylon / 70% mohair).

  • Les peaux nylon (synthétique) offre une accroche exceptionnelle, il est inusable mais, côté glisse, il est moins performant. Il peut être conseillé aux débutants car son accroche est rassurante et minimise les risques d’épuisement. Le nylon n’est quasiment plus distribué à l’heure actuelle car sa qualité de glisse est jugée mauvaise et favorise le bottage.
  • Les peaux mohair offre une qualité de glisse exceptionnelle mais le pendant est une accroche plus faible. Son prix est plus élevé et il s’use assez vite. Il convient particulièrement aux pratiquants qui ont une bonne technique et aux compétiteurs. Une peau 100% mohair peut également être conseillée aux pratiquants qui utilisent des skis larges car la surface de peau et donc l’accroche sont alors plus importantes.
  • Les peaux de phoque mix est le type de peau le plus vendu. Il possède toutes les qualités requises pour randonner en toute sécurité. En plus de proposer une bonne accroche, il est performant pour la glisse. Il est aussi plus durable que le mohair. Il convient parfaitement aux débutants et aux pratiquants confirmés.

La trame

La trame relie les deux éléments : colle et velours ou silicone et velours.

La solution adhésive (colle ou silicone)

La colle et le silicone sont les deux solutions adhésives actuellement disponibles sur le marché des peaux de ski de rando. Si la colle est, aujourd’hui encore, plus largement proposée que le silicone, les deux solutions devraient peu à peu être distribuées de façon équivalente : tous les fabricants s’intéressent désormais à travailler des solutions sans colle.

  • Les peaux à colle

Les colles sur le marché sont plus ou moins adhésives. Attention, une peau avec une colle forte au moment de l’achat n’est pas forcément de meilleure qualité. Une peau avec colle perd peu à peu son adhérence dans le temps, elle nécessite donc d’être réencollée régulièrement. Elle demande également un bon entretien. Il est important de ne pas la positionner la veille d’une randonnée sur les skis afin qu’il n’y ait pas un transfert de la colle sur la semelle. Pendant la sortie, il est nécessaire d’en prendre particulièrement soin notamment en collant les peaux l’une contre l’autre ou sur leur film de protection dès qu’elles ne sont plus utilisées. Pour la descente, il est impératif de les remettre dans leur sac de rangement pour éviter qu’elles ne ramassent toutes les saletés. Au retour, vous pouvez les laisser sécher à température ambiante. Si votre peau ne colle plus par endroit, vous pouvez utiliser un tube de colle pour réencollage partiel

Quand vous partez en randonnée, prenez avec vous un rouleau de chatterton à enrouler autour du ski et de la peau afin de les maintenir ensemble si la peau venait à manquer d’adhérence. Il existe aussi des patchs pour pallier au problème.

  • Les peaux à silicone

Le silicone est une solution adhésive sans colle. Expérimenté depuis plusieurs années, il est aujourd’hui performant et devrait peu à peu prendre une place au moins semblable à celle de la colle sur le marché des peaux. Deux avantages majeurs sont à noter. Le premier est le caractère durable du silicone : plus besoin de réencoller ses peaux. Second avantage, trop souvent ignoré dans les critères de choix des peaux : il allège leur poids. Aujourd’hui, l’attention est trop souvent portée uniquement sur le poids des skis et des fixations mais pas sur celui des peaux. Le silicone amène pourtant un réel avantage à ce niveau.

L’entretien des peaux avec silicone est également très simple : il suffit de les laver à l’eau claire.

Si votre peau de phoque n’a plus la même adhérence qu’au début, il est important de vérifier le velours. S’il est usé sur les côtés et que vous arrivez à la trame, il est temps de changer.

Le choix d’une peau de phoque est donc un élément très important dans l’équipement de Ski de rando. Il ne doit pas être pris à la légère et doit être fait en prenant en compte votre pratique personnelle pour avoir la peau qui vous convient le mieux. La peau doit également être taillée sur-mesure pour être parfaitement adaptée à votre ski.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *